blog-2-voyance

Ésotérisme : histoire et du terme et origines

Tout le monde parle souvent d’ésotérisme et d’exotérisme. Ces deux éléments sont les aspects d’une même doctrine : le mystère. Qu’en est-il de l’ésotérisme ? Un domaine privé pour un public plus limité. Définition d’un savoir très réservé.

L’ésotérisme dans l’histoire

Depuis toujours, l’homme s’intéresse à la vie après la mort, qui est un sujet plein de mystère. Le mot a été créé pour la première fois en Grèce, dans des écoles pythagoriciennes. En effet, les disciples les plus fervents de Pythagore étaient qualifiés d’ésotériques. La définition ésotérisme est contraire à l’exotérisme. Dans le sens étymologique, ce dernier est une doctrine des choses extérieures tandis que l’ésotérisme concerne ce qui est intérieur. Pour plus d’informations, les anciennes écoles philosophiques divisaient les étudiants en trois groupes. Les initiés synonymes d’ésotériques, les débutants qui étaient les exotériques et les profanes qui étaient des personnes non concernées. Il existe parfois une ambiguïté concernant l’ésotérisme. Il indique un contenu secret qui est réservé aux initiés en présence des profanes. C’est un mystère même pour ces initiés.

L’ésotérisme dans la croyance

Les chrétiens donnent une définition ésotérisme comme étant de l’hermétisme. Le judaïsme l’interprète comme la kabbale. L’islam le prend pour le soufisme. On en retrouve aussi dans le taoïsme, le bouddhisme et dans la philosophie indienne. Actuellement, ce mot signifie tout simplement magie pour les gens ordinaires. Dans un dictionnaire, c’est un nom masculin qui désigne ce qui est obscur et caché. Selon R. Guénon, l’ésotérisme constitue ce qui est plus approfondi et d’un niveau plus élevé pour les personnes préparées et susceptibles de l’appréhender. Ce terme est synonyme d’occultisme ou de gnose. Ce qui est expliqué par R. Amadou comme étant une théorie suivie de pratique que tout objet appartient à un ensemble unique et possède une correspondance avec un autre.

L’ésotérisme pour le profane

Une recherche universitaire et internationale a trouvé quatre définitions. Le premier résultat était dans le mode de classement des livres dans les librairies. Ce terme est employé pour classer les livres dans les sections occultes, paranormales et traditions peu communes. En deuxième lieu, on assiste à l’ensemble d’enseignements secrets. Puis, une représentation évoquant une unité ou un centre, c’est-à-dire Dieu, l’Homme ou la nature. La dernière définition renvoie aux croyances. Enfin, d’après P. A. Riffard, l’ésotérisme est constitué par le druidisme, le compagnonnage et l’alchimie. Son principe consiste à ne pas révéler les savoirs, connaissances et secrets à n’importe qui.

Quitter la version mobile